Quelle heureuse initiative que cette formidable émission dédiée aux bénéfices du rire en prévention de la santé ! Henri Rubinstein, médecin et neurophysiologiste, s’exprime avec simplicité et authenticité. La qualité de son interview, ponctuée de reportages aussi intelligents que convaincants, a motivé mon choix d’écrire cet article sur un mode « paresseux »…  à savoir en reprenant bon nombre de messages-clés écoutés afin que retranscrits ici, ils soient encore plus faciles à partager. Et si le rire est propre à l’être humain, c’est que Dame Nature nous veut du bien !

Principaux messages-clés 

  1. Le stress use l’organisme
  2. Le rire agit en prévention de la santé
  3. Le rire est une véritable arme contre la dépression
  4. Le rire est un sport, un « jogging stationnaire »
  5. Le rire crée du lien social et favorise un bien-être collectif

Etat de fait : Le stress use l’organisme

 Tout facteur de stress mobilise en nous la production d’adrénaline pour faire face ou fuir le danger. Conséquences :

  • Une accélération du rythme cardiaque
  • Un effet vasoconstricteur
  • Une élévation de la pression artérielle

S’ensuit une sécrétion de cortisol afin d’embarquer le métabolisme dans un processus d’adaptation. Conséquences :

  • La production de glucose sanguin
  • La production de protéines
  • Libère de l’énergie dans l’organisme tant au niveau physique que mental

A long terme, la production de cortisol inhibe la fonction immunitaire en épuisant les réserves de lymphocytes. Enfin, un taux élevé de cortisol et de glucocorticoïdes libérés dans le sang altèrent le processus de myélinisation et de croissance dendritique dans le cerveau. L’attention, la mémoire, l’apprentissage, ainsi que la motricité sont les fonctions directement endommagées. Les troubles anxieux et les troubles du comportement comme l’hyperactivité sont également concernés. Quant à l’accélération du vieillissement cérébral et l’apparition de maladies neurodégénératives telle que la maladie d’Alzheimer, preuves sont faites aujourd’hui à propos du rôle du stress dans ce domaine. Sachant que notre pire ennemi est l’excès de cortisol, il y va de l’impératif d’en réguler la production en faveur d’un équilibre en santé !

Les bénéfices du rire point par point

LE RIRE AGIT EN PREVENTION DE LA SANTE
Extraits

Le rire est un acte de communication universel qui permet d’exprimer des émotions positives, étroitement liées à la santé. Tout commence par un stimulus sensoriel (signal visuel, auditif, tactile…), ensuite transmis dans les zones du cortex frontal afin d’y être décodé et analysé. Puis, ces informations sont envoyées dans le système limbique, le cerveau des émotions ! La gamme des émotions dont celle du rire est vaste : rire gêné, discret, tonitruant, crise de fou rire, etc. Le cerveau limbique communique avec les glandes endocrines et les glandes surrénales qui libèrent des substances chimiques naturelles : les hormones et les neuromédiateurs. Elles se diffusent dans l’organisme et font alors un bien fou ! Par exemple, les endorphines qui atténuent la douleur, réduisent l’anxiété et provoquent l’euphorie, ou encore, l’adrénaline (hormone du stress) dont l’évacuation favorise la détente. Le rire est donc un médicament naturel à consommer sans modération et si les séances de rire ne sont pas remboursées et ne le seront jamais, elles rentrent dans le champ de la prévention. A ce propos, la loi de financement de la sécurité sociale tend à rendre tout acteur responsable de la prévention de sa santé, le rire en est un levier majeur.

LE RIRE EST UNE VERITABLE ARME CONTRE LA DEPRESSION

Extraits

Clarifions les choses : avec le rire volontaire (ou rire sans raison, ou encore rire intentionnel), il ne s’agit pas d’apprendre à rire mais de se souvenir que l’on peut rire ! Le rire est thérapeutique, la neurophysiologie l’a prouvé en reconnaissant la production d’endorphines (morphine naturelle) à l’exercice du rire. Ainsi, le centre psychothérapique de l’hôpital psychiatrique de Nancy a introduit des séances hebdomadaires de rire à destination des patients. Les bénéfices physiologiques font état d’une amélioration de la tension et de la fréquence cardiaque, les bénéfices psychologiques font état d’une amélioration considérable de l’humeur. Pour l’humeur, le rire agit sur la chimie du cerveau en lui permettant de produire des neuromédiateurs comme la sérotonine. Ainsi une baisse de l’usage d’anxiolytiques et d’antidépresseurs est enregistrée, et mieux encore, aux patients atteints de dépression, des séances de rire thérapeutique sont prescrites sur ordonnance médicale…

LE RIRE EST UN SPORT, UN « JOGGING STATIONNAIRE »

Extraits

Docteur Henri Rubinstein nous explique que le rire est considéré comme un sport dans la mesure où il provoque une onde musculaire, une façon de faire travailler ses muscles tout en les détendant ! Rire durant 1 minute d’affilée provoque une détente musculaire d’une durée de 15 minutes. Si la pratique du jogging peut devenir addictive, c’est qu’elle permet de produire des neuromédiateurs, alors peut-on devenir addicte du rire, réponse : OUI ! Avant cela, faire sa gymnastique de rire tous les jours durant 5 minutes assure une bonne défense immunitaire, un acquis fort appréciable !

LE RIRE CREE DU LIEN SOCIAL ET FAVORISE UN BIEN-ÊTRE COLLECTIF

Extraits

Le rire précède le langage (les bébés rient et connaissent même les fous rires !). Il y va donc d’un don naturel, d’une aptitude qui se perd ensuite avec l’apprentissage du langage et le développement des fonctions cognitives. En conservant cette propension à rire (même sans raison), les contacts humains sont facilités, des liens se créent spontanément, sans besoin de se connaître ou de s’apprécier forcément,  juste rire ensemble crée du lien autour de valeurs positives et plaisantes car rire est bénéfique pour la santé. Dans le monde du travail, le rire favorise la cohésion d’équipe, alors propageons cette bonne nouvelle !

L’ETHIQUE DU RIRE

Je suis personnellement attachée au respect inconditionnel de l’individu et de sa dignité. J’ai mentionné cette dimension éthique dans mon précédent article à propos du Yoga du rire, intitulé « Lâcher de stress… pas si facile ! ». Si l’on peut rire à en pleurer (de joie de vivre)… le rire est à mon sens vecteur de partage, d’optimisme, de bien-être. A ce titre, ne riez jamais des autres, mais bien avec les autres.

CONCLUSION

Riez 5 minutes par jour, riez pour vous faire plaisir, riez de ce qui vous fait plaisir, et tout ira mieux. En 2014, alors engloutie par l’omniprésence au chevet de ma mère victime d’un AVC invalidant, ma décision de me former au Yoga du Rire m’a permis d’échapper à une dépression !

Regarder l’émission : ÉTAT DE SANTÉ – Le rire médecin ?

http://lcp.fr/emissions/etat-de-sante/284886-le-rire-medecin