Débrancher le mental, oublier ses ennuis, retrouver son âme d’enfant, rire tout seul (oui, c’est possible) et se libérer ainsi du « grotesque du sérieux » : pas si facile !
Considérer au quotidien, que le bonheur d’être en vie est la seule valeur à respecter au présent et au final : pas si facile !

Rire est une de ces expériences orgastiques dont nous ne pouvons nous passer pour nous maintenir en bonne santé. Il met en jeu les centres corticaux qui harmonisent et sélectionnent les stimuli sensoriels, les centres hypothalamiques (système limbique) et le système nerveux autonome où le parasympathique prédomine pour finalement mettre en action la relaxation et la dilatation des vaisseaux sanguins.

Si certains sont réfractaires au rire sans raison, ils ont leurs raisons ! Des blocages énergétiques installés de longue date, des peurs enfouies, la crainte du jugement, des croyances limitantes quant au lâcher-prise liées à l’éducation (« Tiens-toi bien », « Arrêtes de rire comme une bécasse », « Non, mais tu crois que c’est le moment de rire ? », etc.).

Pourtant rire provoque une sensation de bien-être général car il aère le physique aussi bien que le psychique. Le rire est un puissant antistress ; non seulement il rétablit l’équilibre entre les systèmes sympathique et parasympathique, mais mieux, il fait pencher la balance vers le parasympathique en provoquant le ralentissement du coeur, le relâchement des vaisseaux et la détente musculaire. En découle directement, une amélioration de l’ensemble des fonctions physiologiques telles que l’appétit, le sommeil, puis des fonctions mentales telles que l’optimisme, la combativité, la mémoire, la concentration.

Dans nos sociétés modernes, le comique, l’amusement, la réjouissance ont une fâcheuse tendance à chercher le succès par un rire obtenu au dépend d’autrui. On se moque si facilement d’une faiblesse, d’un défaut, d’un dérapage… ça fait vendre ! Quelle misère… Et en même temps, ce rire-là semble le plus accessible à la majorité d’entre nous. Attention au piège, car il y en a un.  En effet, se nourrir de la fragilité d’autrui est une énergie descendante, chargée d’ondes négatives insidieuses car elles agissent à retardement. Ce proverbe tiré d’une fable de Jean de la Fontaine « Rira bien celui qui rira le dernier ! » illustre bien l’existence de ce piège et de son issue probable ou assurée.

Le meilleur des rires est celui qui inclut le respect de soi et des autres, le respect de cette énergie positive qui circule en nous pour servir la vie. Alors seulement il devient thérapeutique.

Découvrons ou redécouvrons un des maîtres en la matière, le Docteur Madan Kataria, initiateur du « Rire sans raison », ou « Yoga du rire ». La notoriété de son concept est internationale et ne cesse de s’accroître tant rire est reconnu médicalement comme salutaire pour la santé.  Un puissant antistress est à notre portée depuis notre plus tendre enfance. Retrouvons-le, partageons-le, consommons-le sans modération !

Je vous livre pour achever cet article, une anecdote marquante.
Alors que je me trouvais un jour dans les couloirs d’une maison de retraite, une pensionnaire hurlait depuis sa chambre : « Au secours, j’ai mal à mon oeil, j’ai mal… ». La directrice de l’établissement qui m’accompagnait se rend auprès de la dame en difficulté et me prie d’attendre sur le pas de la porte. Je l’entends lui dire : « Qu’est-ce qu’il a votre oeil, Madame X ? Vous avez été soignée, vous avez reçu votre traitement, on ne peut rien faire de plus, il faut vous calmer. »
Devant les cris répétés de la résidente, je suis invitée à rentrer dans la chambre pour participer à une tentative d’apaisement. Je me présente à la dame et lui demande doucement : « Que vous dit votre oeil, Madame ? Qu’est-ce que cette douleur à votre oeil est en train de vous signifier ? ». Ma surprise fut à son comble lorsque j’ai entendu cette réponse : « Mon oeil me dit que je n’arrive plus à rire, que je ne sais plus rire. C’est terrible vous savez ! ».

Source : Psychosomatique du rire, du Docteur Henri Rubinstein

A consulter : http://sante.lefigaro.fr/mieux-etre/stress/prevention-stress-rire/quels-sont-effets-physiologiques-rire

A déguster : Il est 5 heures du matin, tout le monde dort à bord, et le Docteur Kataria a envie de rire… Il trouve cela très amusant (It’s so funny !) car il va devoir rire sans réveiller son entourage encore assoupi. Excellentissime ! Cela me rappelle les fous rire de la classe d’école, quand il faut échapper à la sanction du professeur… Merci pour la performance, Madan.